L'histoire du Suzuki Jimny

Le Suzuki Jimny, emblême de la marque japonaise

Le Suzuki Jimny est l’un des véhicules stars de la marque Suzuki.  Il descend directement du Suzuki LJ10, ancêtre également du Suzuki Samuraï, il y a près de 50 ans déjà (LJ est l’intiale de Light Jeep : tout un symbole ! Longtemps et même jusqu’à aujourd’hui Jeep est une marque automobile mais est aussi perçu comme synonyme de 4x4 baché). 

Les grandes marques de Tout Terrain on souvent un modèle faisant figure d’ancêtre mythique : Ne serait-ce justement que pour Jeep avec son Wrangler qui descend directement de la Willys, et même le Land-Rover Defender qui est de la même lignée que le « Land » créé il y a 70 ans.

 

En réalité, ce fameux Suzuki LJ10, construit il y a 50 ans maintenant, n’a pas été importé en France et n’est donc que très peu connu sous nos contrées. En revanche, il est l’ancêtre de l’autre modèle emblématique de la marque : le Samuraï, qui a lui-même contribué au Jimny. D’ailleurs dans la plupart des pays ou Suzuki est présent, le Samuraï est bel et bien l’ancêtre du Jimny mais en France, les deux modèles ont longtemps cohabité au catalogue. La raison est simple, quand arrive en 1998 le Jimny, le Suzuki Samuraï qui est distribué chez nous depuis 88, continue a être bien vendu. Il sera donc commercialisé en parallèle du Jimny. Devant les concessionnaires qui ont toujours de la demande pour le Samuraï, les deux modèles sont vendus et coexistent : Ainsi le Jimny n’est pas présenté en France comme le remplacant du Samuraï mais comme un modèle à part.

 

Longueur de même pas 3,6m, empattement parfait pour la pratique du franchissement : il plait énormément, tant aux habitants des pyrénnées ou des Alpes, en remplacement de la vieillissante Fiat Panda 4x4, qu’aux adeptes des ballades en campagne qui peuvent passer à peu près toute les ornières difficiles. Surprise, le Jimny hérite aussi de la clientèle du Vitara : Urbaine et chic, souvent féminine, charmée par la petite dimension de l’engin, son dessin original et sa position de conduite en hauteur (par rapport à une citadine classique). D’abord proposé avec un moteur de 1,3L maison, il est aussi proposé en France avec un diesel  1,5 d’origine Renault.

 

La version cabriolet du Jimny n’arrive qu’en 99, soit un an plus tard. Cette version a un réel succès et durera pendant plus de 10 ans. Mettre une capote sur le Jimny, c’est la moindre des choses : depuis un demi siècle, tout les 4x4 Suzuki sont décapotables. Mais à la différence du Samuraï qui possède une bâche en un seul tenant d’avant en arrière, ou seule la lunette arrière est à part, la nouvelle bache de Jimny est en plusieurs parties : D’abord parceque cette version possède un épais arceau central qui distingue parfaitement les places avant des places arrières, à la façon d’un Vitara d’ailleurs. Donc, comme ce dernier, il y a une capote à l’avant du poste de conduite, qui peut s’ouvrir indépendamment de l’arrière et qui permet, comme avec un toit ouvrant de profiter du soleil sans avoir à débacher complètement l’arrière. Pour la capote arrière, c’est un système similaire au Vitara : en 4 parties : le toit auquel s’attachent et se détachent les trois parties vitrées qui coulissent sous des rails en plastique.En 2004 la bâche opte pour une bache différente dont l’arrière n’est plus qu’en 2 parties : le toit et les deux parties vitrées latérales sont en une seule pièce, seule la lunette arrière est indépendante. L’ensemble du capotage se fixe alors par boutons pressions (comme sur la photo ci-dessus). Suzuki a en effet décidé d’un système plus simple à l’usage, surtout pour remettre la capote en place une fois qu’on a débaché.

 

Hélas, les bonnes choses ont une fin et la version cabriolet du Jimny disparait en 2010, en laissant seulement au catalogue la version tôlé.

Pour redonner son lustre d’antan à votre Suzuki Jimny cabriolet, une nouvelle capote de remplacement, similaire à l’originale, est une réponse toute trouvée : 

 

 

- Bâche de Suzuki Jimny


Écrire commentaire

Commentaires: 0